Bali – 1/3

Durant les préparatifs de notre mariage, une question est souvent revenue: Et le voyage de noces ? Nous n’avions pas vraiment d’idée, mais une chose était sûre: il fallait le faire dans la foulée du mariage ! Nous avons eu beaucoup de témoignages, de proches ou d’inconnus, nous expliquant que lorsqu’il n’est pas réservé immédiatement, la vie prend le dessus, et qu’ensuite, avec une maison, des crédits et des enfants, c’est plus compliqué. Alors si il y a bien un point sur lequel nous étions d’accord, c’était celui de partir !

Pourquoi Bali ? Lorsque nous avons commencé à chercher une destination, nous nous sommes vite rendu compte que nous n’avions pas exactement la même vision du voyage de noces… Lui se voyait barouder en sac à dos, à crapahuter dans les montagnes, et de mon côté, j’imaginais plutôt des hôtels quatre étoiles au bord de somptueuses piscines. LE point sur lequel nous étions d’accord c’était le fait de faire un voyage unique. Le voyage de noces a pour nous cette image d’un voyage que nous ne ferons (peut-être) qu’une fois dans notre vie ! Il nous fallait donc une destination lointaine, aux multiples paysages, avec de beaux hôtels et une météo clémente (on part quand même au mois d’Août, c’est pas pour finir en doudoune). En premier lieu, c’est la Nouvelle-Zélande qui est ressortie, mais la période n’était pas adéquate. Alors les îles sont vites apparues dans nos recherches et Bali en est ressorti. Pour une telle destination, il nous fallait du temps, de mon côté, mon nouveau CDI ne commençait que le 2 septembre, j’avais donc tout le mois, alors Monsieur à poser absolument tous ses congés, nous sommes partis du Dimanche 4 Août au Mardi 27 Août 2019.

(Pour suivre notre voyage en image, n’hésitez pas à vous rendre sur mon compte Instagram: @madame.marie.aime tout est mis en story à la une).

A lire aussi mon article: Avant de partir à Bali.

Notre première semaine à Bali.

Dimanche 4 Août: Après le brunch du mariage avec une partie de nos invités, nous avons rangé la salle, puis le temps de faire une bise à tout le monde et hop: direction l’aéroport de Toulouse ! Nos valises étaient prêtes depuis fin Juillet, puisqu’il a fallu que l’on anticipe tous nos trajets.

Le trajet initial prévoyait une escale à Francfort – Allemagne puis à Singapour -Singapour pour Denpasar – Bali. Or à Toulouse – France, le premier avion est arrivé avec une heure de retard. Malgré une course folle à travers les couloirs de l’aéroport de Francfort, nous avons loupé notre correspondance. Nous étions plusieurs dans ce cas, nous sommes donc restés ensemble pour chercher le comptoir de la compagnie (à ce moment là, il est 22h15), beaucoup de choses sont fermées, heureusement, une hôtesse de la compagnie nous fournies des petites trousses de toilette avec le minimum nécessaire. Puis au comptoir, la compagnie nous a payé les repas et une nuit dans un hôtel 4 étoiles de l’aéroport de Francfort. L’ennui c’est que notre reclassement nous faisait prendre le vol du lendemain (lundi) à 17h.

Lundi 05 Août: Après une bonne nuit, et une bonne douche, nous libérons notre chambre pour midi et nous allons attendre dans l’aéroport. On retrouve un autre couple, dans notre situation, ce qui nous permet de discuter et passer le temps en bonne compagnie. Ensuite, à 17h nous avons eu notre premier long courrier, de Francfort – Allemagne à Doha – Quatar. Nous y sommes arrivés dans la nuit du lundi au mardi à minuit. Nous avons donc découvert l’aéroport international de Doha et passé la nuit là-bas, sur les fauteuils mis à disposition dans les espaces communs. Clairement non, nous n’avons pas bien dormi !

Mardi 06 Août: Le vol suivant décollé à 08h de Doha, et avec le décalage horaire, nous avons atterri à Denpasar – Bali à 23h10, toujours mardi. En fait, le retard du premier vol (retard d’une heure seulement), nous a fait perdre 1 nuit et une journée complète sur l’île. Mais nous sommes arrivés à Bali ! Nous passons la douane et récupérons nos sacs (enfin ! Après 3 jours dans les mêmes vêtements, c’est du luxe !). Notre premier hôtel, le Grand Mas à Kuta est à 30 minutes à pieds de l’aéroport, et un peu de marche ne nous fait pas de mal après autant d’heure de vol (environs 09h20). Pour y aller, nous nous perdons un peu, le dépaysement est total ! Heureusement, nous rencontrons deux français, qui allaient à l’aéroport pour repartir de l’île. Ils nous ont conseillé d’utiliser l’application MAPS.ME un GPS utilisable hors connexion (lors de la première utilisation il faut avoir un Wi-fi pour télécharger l’application, puis télécharger la carte du pays où l’on se trouve). Ce GPS nous a pas mal sauvé lors de notre voyage, mais aussi pas mal égaré, vous verrez… Après une heure de recherche, nous trouvons notre hôtel, qui nous accueille très gentiment, il est pratiquement 01h30. Nous avions prévu deux nuits dans cet hôtel, le temps de prendre nos marques, mais le retard dû au voyage nous laisse seulement une nuit, il nous faudra rendre la chambre dès demain midi.

Mercredi 07 Août: Impossible de traîner au lit ce matin, nous descendons à la réception pour faire la réservation d’un scooter. Le temps de prendre notre premier petit-déjeuner balinais (on vous en reparlera), et la réceptionniste nous a trouvé quelqu’un ! Nous avons été ravi de cette prestation, voilà toutes les infos:
ADI – Rent car and motor bike
suputrakadekadi@gmail.com
+62 878 6308 8770
Pour une location d’un « gros » scooter du 07 au 26 Août, nous avons eu un prix à 70’000Rp/jour soit 1’330’000Rp en tout, soit 86€ les 19 jours ! C’est vraiment une bonne affaire ! Je profite que l’on soit sur le sujet pour vous conseillez de faire un permis international avant de partir, il n’est pas obligatoire, mais la corruption est forte dans le pays (à lire dans l’article de la troisième semaine).

En moins de 30min nous avons donc notre scooter, qui sera un véritable allié lors de notre périple autour de l’île. Nous partons directement pour le deuxième hôtel, en scooter, avec nos sacs à dos. La conduite est vraiment spéciale ! Déjà, ils roulent à gauche, quand on n’est pas habitué, ça surprend. Et clairement, lui comme moi étions soulagés qu’il sache déjà conduire un deux roues ! Il y a un code de la route, mais clairement: c’est la loi du plus fort ! A vous de passer, ou non, suivant qui arrive sur les côtés ou devant. Le scooter est vraiment LE moyen de transport le plus populaire de l’île, tout le monde en a un (même les enfants dans les petits villages). Ils peuvent être en famille dessus (jusqu’à 5 personnes), ou transporter tout un tas de matériel différent (cages à oiseaux, câbles électriques, caisses de nourriture pour le marché). C’est vraiment très surprenant, alors soyez très vigilant, et portez votre casque. Il n’y a jamais d’accident, c’est incroyable, mais c’est quand même assez flippant.

Nous arrivons donc dans le deuxième hôtel, le Kirana Ungasan. Un joli cottage où les chambres individuelles se trouvent dans de belles cabanes. La vue est imprenable et la piscine est incroyable. On se sent enfin en vacances ! Pour se mettre dans de bonnes conditions, on s’est mis à la recherche d’un bon restaurant. L’ennui c’est que même si l’hôtel est magnifique, le quartier de Jimbaran sur la péninsule Sud est très pauvre. Pour une première prise de repères, ce n’était vraiment pas facile. Nous avons donc opté pour un restaurant touristique afin d’être « sûr » de bien manger. Effectivement, c’était excellent, frais, mais un peu cher comparé aux prix pratiqués dans les restaurants plus traditionnels. Ensuite nous avons cherché un salon de massage et c’est en nous perdant un peu que nous sommes tombés sur un petit établissement, qui ne payait pas de mine et pourtant… Cela a duré 01h et c’était vraiment intense ! Jérémy en a eu des bleus, nous étions vraiment détendu et zen. Après le massage, le propriétaire Ketut Kasta nous a offert un thé au gingembre, et nous avons rencontré la femme du masseur: une belge implantée ici depuis plusieurs années, qui nous fera dans les jours prochains une visite guidée du quartier. En attendant sur la fin de journée: c’était repos.

Jeudi 08 Août: nous nous réveillons doucement le matin, pour nous préparer à visiter le Parc Garuda Wisnu avec ces trois statues emblématiques. Nous assistons aussi a un spectacle de théâtre avec musique, danse et costume traditionnels. Nous n’avons pas tout compris à l’histoire, mais c’était très beau et intéressant de découvrir cette partie de la culture balinaise. Le restaurant du parc, le Jendela, avait une vue imprenable sur la péninsule, nous y sommes revenus manger le soir: un vrai régale !

Vendredi 09 Août: Aujourd’hui, le réveil sonne tôt puisque nous retrouvons Caroline, la belge implantée à Bali qui nous emmène voir le nouveau temple du village en pleine inauguration. A ce moment des préparations, il est interdit d’y entrer pour ne pas perturber les énergies en construction, mais grâce au bol d’eau à l’extérieur, elle nous purifie. Ensuite elle nous emmène voir deux marchés locaux. La nourriture est assez impressionnante, entre ce que l’on identifie ou non, et l’on n’ose pas tout goûter). En revanche, je me suis laissée séduire par la mode balinaise en achetant une tenue fait main, 100% traditionnelle afin de visiter les temples dans le plus grand respect. Et oui, car à Bali, chaque village contient au minimum 3 temples, un en son centre puis un au Nord et au Sud. La tradition veut que les femmes portent une jupe longue (Kamben), avec un haut à manche longue sous lequel elles mettent un corset (Kebaya), avec une ceinture de couleur à nouer d’une certaine façon (Selandang), et les cheveux doivent être attaché. Pour les hommes, il faut porter une chemise blanche avec un Sarong ou Kamben (comme un paréo), à nouer à la taille pour masquer le haut des jambes, il doit couvrir jusqu’aux genoux au minimum. Généralement, ils en mettent des très longs, comme les femmes; avec une ceinture à nouer d’une certaine façon (mais différemment des femmes: le Saput), et sur la tête, ils portent un turban avec deux pétales (Udang). Chaque élément de leurs tenues correspond à un symbole, comme par exemple le Udang dont les pétales représentent le bien et le mal qui doivent se diriger vers le haut (de la montagne). Les couleurs des Kebaya sont à l’origine le blanc pour la pureté ou le jaune pour le triomphe et la prospérité.

Nous avions lu sur internet avant le départ, qu’il était conseillé d’acheter une tenue traditionnelle afin d’éviter de devoir la louer à l’entrée de chaque parc ou temple. Nous avons donc fait ce choix mais je n’ai pas le souvenir d’avoir vu les locations à tous les endroits visités, mais nous avons peut-être pas fait attention.

Après 20 minutes de scooter, nous rejoignons la côte ouest pour visiter le temple Uluwatu. Construit sur le flanc de la falaise, avec l’océan Indien qui s’écrase sur la roche, c’est vraiment magnifique. C’est aussi ici que nous rencontrons nos premiers singes, mais nous en reparlerons.
Ce temple est vraiment joli de part son emplacement, mais impossible d’y entrer à nouveau, une cérémonie se finissaient, et de façon général, les temples sont interdits aux touristes. Nous avions donc vu de magnifiques photos sur internet, mais impossible de « faire les mêmes » et de voir plus près le temple. Le parc était joli, mais le tour était vraiment vite fait. Nous étions un peu déçus de cette visite.

Samedi 10 Août: Après une matinée de repos, nous rendons notre chambre vers midi et prenons la route pour Medewi. Notre GPS indiquait 02h de trajet nous avons finalement mis 04h ! A l’arrivée, nous avions le visage noir de poussière, la gorge sèche, et un gros mal de dos (à cause des sacs). Mais le résultat en valait la peine. Le Medewi Surf Villa, de type maison d’hôte se situe au milieu des rizières, avec vue sur des terrasses et des collines. Nous avons pu manger dans un café local, à 15m à pieds: le Rasta Café, tenu par un couple adorable. En discutant avec la femme, on se rend compte qu’elle connait un bon salon de massage et nous conduit jusqu’à ses cousines, qui nous font un massage d’une heure, au fond d’un salon de coiffure. L’endroit peut surprendre, mais elles sont vraiment gentilles, avec le sourire et ont une super force ! et l’avantage c’est que nous sommes côte à côte, ce qui n’est pas toujours le cas. Puis nous rentrons nous coucher, puisqu’il fait déjà nuit.

Dimanche 11 Août: la nuit a été compliqué. Au delà des bruits des oiseaux dans les rizières, c’est une zone avec de nombreuses mosquées, qui ont fait des appels aux prières toute la nuit. Jérémy a très mal dormi et de mon côté, j’étais debout à 05h, au moment du levé de soleil. C’était somptueux ! Je ne regrette pas de mettre levé pour voir ce spectacle sur les rizières. Notre petit-déjeuner était très simple mais sans doute l’un des meilleurs de notre vie avec une vue pareil… Après avoir rendu les clefs, nous retournons manger le midi au Rasta Café. Ensuite, nous reprenons le scooter pour revenir au centre de l’île, à Munduk, près du volcan. Nous voyons encore quelques rizières et puis c’est la jungle. Evidemment, près de l’arrivée, notre GPS hors connexion nous perd, au milieu de nul part ! J’ai fini par descendre pour laisser Jérémy s’en sortir tout seul: d’un côté le vide avec une belle hauteur, de l’autre côté la falaise, avec une route large d’1m50 en béton à double sens. Tout ça sans parler des virages, de la visibilité nulle et du dénivelé vraiment impressionnant. Enfin bref, nous arrivons entier à l’hôtel, mais fatigués et tremblant.

L’établissement, le Melanting Cottages, offre un accueil exceptionnel, le réceptionniste est même surpris de nos péripéties. On nous offre un verre de bienvenue et direction notre chambre. Nous avons à nouveau un cottage, avec une vue imprenable sur les montagnes et la jungle. Nous en profitons dès le premier soir grâce au room service. Une chance inouïe de voir tant de beauté. Par contre cette première nuit dans les montagnes est vraiment très fraîche et … très bruyante ! Il y a tellement de vie, d’animaux; les bruits sont tout aussi nombreux qu’étrange. C’est d’ailleurs pour cela que toutes les maisons sont sur pilotis, non seulement cela permet de s’adapter au terrain, mais même sur des zones plates, les maisons et cabanes sont légèrement sur-élevées afin d’éviter tous les animaux, de jour comme de nuit.

Lundi 12 Août: Le réveil est plutôt difficile, j’ai assez mal à la gorge et on a tous les deux de grosses courbatures dans le dos du massage qui date d’il y a 2 jours ! Ce n’est vraiment pas une légende la dureté des massages de cette région du monde. Alors après une matinée tranquille, nous sommes allés manger dans un restaurant de Munduk. Après nous sommes partis en teck dans la jungle pendant près de 3 heures afin de voir toutes les cascades. Elles étaient magnifiques mais l’accès difficile, plusieurs centaines de marches irrégulières, alors le soir nous sommes assez fatigués. Et c’est déjà notre dernier couché de soleil ici…

Cliquez ici pour retrouver notre carte créée sur l’application My Map de Google, vous aurez tous les hôtels, restaurants, cafés et activités que nous avons fait sur l’île.

La suite dans le prochain article: Bali 2/3

Partager:

Laisser un commentaire